Du désert et des oasis

Le temps est aboli dans le désert Aoraki, comme dans de nombreux autres. Pas de date, ce nom est inconnu et le seul fait de le prononcer est incongru ; et traité en conséquence.

Peu d’oasis, et encore moins de prospères.

L’oasis principale du Core cultive une variété exigeante de blogware à base de classes et d’objets qui peine à voir le jour. Le manque de jardiniers est flagrant. L’unique résident préfère en ces mois d’avril et mai de s’occuper de son jardin (les photos). Le groupi préféré ne donne même plus de la voix, occupé à son auto-analyse publique.

L’oasis du Connexe a vu son résident initial remplacé par un nouveau talentueux mais peu assidu dans ses devoirs. Ce mois de mai le voit en plein bricolage de son blog.

L’oasis du Spam est en pleine effervescence. Le résident est sur le point de domestiquer le bayésien futé. Les futurs utilisateurs de l’animal vont peut-être souffrir (il faut l’éduquer dans et pour son nouvel environnement et l’apprentissage peut se révéler difficile).

Des illuminés, croyants inconditionnels du nouveau blogware, tournent en rond dans le désert, en espérant que les Cieux leur seront favorables pour faire que leur serveur accepte enfin le Core (mais son code étant sacré, il n’est pas question de le modifier, même de façon triviale).

Aux marges du désert, une auberge conviviale prodigue conseils aux voyageurs aventureux. La tenancière, toujours de bonne humeur, toujours active, leur offre aussi des thèmes artistiques, du modèle à moteur. Des thèmamots disponibles : Giacomo, Welsh, Hermione…

Le désert est beau, ne ment pas, il est propre (Théodore Monod).

Publicités
Cet article a été publié dans Blogs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Du désert et des oasis

  1. bérézina dit :

    dotclear est une galère sans galériens ; ça n’avance pas.

  2. albaran dit :

    c’est un vrai plaisir de supprimer certains commentaires.

Les commentaires sont fermés.